Neutralité du web, quel risque pour la publicité digitale ?

La neutralité du web est un enjeux très important et fondamental du web et nous allons essayer de prendre position dans cet article.

Tout d’abord la neutralité du web qu’est-ce que c’est ?

Il n’y a pas que le contenu du web qui est neutre, exemple dans cet article on prend position sans aucune crainte. Alors on parle aussi de neutralité du réseau, de surveillance …
Revenons au point de départ, quand vous allez sur un site vous commencez par écrire ou cliquer sur l’adresse internet du site. Exemple: www.flytagger.com
Le « www », on le rappelle veut dire « world wide web« , c’est la toile, le réseau qui lie les sites les uns aux autres. Ce sont les liens de serveurs à serveurs, en passant par les DNS, utilisant des adresses IP.
Sans rentrer dans les termes techniques, sachez que tout cela fonctionne en utilisant des infrastructures publiques ou privées.

Jusque là tout le monde est beau, tout le monde est gentil. Quand vous cliquez sur un site ou un autre, celui-ci s’affiche sans distinction. Vous surfez sur un internet sans contrainte et libre.
On peut toujours dire que les algorithmes de Google, Facebook et autres sites peuvent vous influencer, mais si vous décidez de faire sans eux ça marche tout aussi bien.

Ça c’est un principe fondamental, la neutralité du Web. On demande à tous les opérateurs de le respecter.

Comme tout système elle a ses avantages et ses défauts, mais dans l’ensemble le positif est vainqueur.

 

Voici une petite illustration faite par Sébastien Desbenoit qui explique les éléments de la neutralité du web.
  • Tout d’abord la neutralité l’est dans sa globalité
  • Ensuite personne ne doit surveiller mes données
  • De plus on ne doit pas modifier les sites que je visite
  • Enfin elle ne doit pas ralentir l’accès à certains sites et protocoles

 

Neutralité_du_Net

Neutralité_du_Net – Sébastien Desbenoit, Internet&moi.fr

 

Sachez que le web s’est construit sans sexe, sans opinion politique, sans religion, sans distinction entre les personnes. Il est ce que l’on veut bien en faire, ‘est ce qui en fait son succès.

Le web accompagne quelque chose de plus global, la digitalisation de nos sociétés. Si vous lisez ce blog, vous vous intéressez aux enjeux économiques que ça génère.

 

Pourquoi parle t’on autant de cette neutralité du Web, quels sont les enjeux ?

Évidemment si on en parle autant dans les journaux, vous l’aurez bien compris c’est principalement à cause des enjeux financiers. (C’est vrai on parle un moins des problèmes de neutralité du web qui concernent les pays dictatures où le web est bridé et surveillé.)

Tout a commencé par l’administration américaine qui a fait cette proposition de dénetreutralisation, par la suite voté. Lire l’article de Science et vie.
Aujourd’hui, on ne peut pas encore vous dire site après site ce que cela va donner. Mais on peut vous dire que ceux qui ont les moyens pourront avoir des avantages sur les autres. C’est à la fois libéral et anti-libéral. D’un coté ça vous donne le choix, d’un autre coté ça vous l’enlève.

Si les dernières grandes sociétés digitales américaines ont vu le jour, c’est parce qu’internet n’était pas à plusieurs vitesses. Tout le monde peut y trouver sa place, c’est une question de volonté. Par contre si le web est saucissonné et accessible ou réservé à ceux qui s’en donnent les moyens financiers, alors c’est une méthode défensive pour protéger non équitablement certaines entreprises.

Ces dernières souhaiteraient qu’on reste dans leur propres univers. Tout à l’heure on parlait du « www », mais pour les financiers ce serait bien que la concurrence soit restreinte. Surtout si elle n’est pas en bourse à New-York.

 

On nous oriente vers les applications smartphones

Donc comme l’utilisation d’internet est tournée de plus en plus vers les smartphones, nous entrons dans un service lié à l' »Apple Store » et le « Play Store« . En gros, si vous n’y êtes pas, votre audience a des chances de ne pas décoller. Par contre, il ne faut pas trop s’y faire remarquer, sinon on vous enlève du jour au lendemain. Pas très objectif tout ça.

On vous rappelle l’histoire d’ « AppGratis » la start-up française qui dérangeait Apple. Il ne faudrait pas concurrencer le modèle économique d’Apple et de Google. Lire l’article
On pourrait résumer tout cela en disant que la fin de la neutralité du web est une sorte de chasse gardée. Donc vous êtes obligés de télécharger des applications sur le store des GAFAM. Ensuite, si vous êtes entrepreneur, vous devez faire des applications selon leur souhait. Enfin, si vous leur faites de l’ombre, ils vous dégagent en trouvant le bon prétexte.

 

Où est la liberté ?

Un exemple avec cette publicité ironique de Burger King. Elle vous explique que votre burger vous est donné plus ou moins rapidement. D’abord lentement si vous payez le 1er prix, puis rapidement si vous payez 3 fois plus cher et enfin on vous donne le burger immédiatement si vous payez 6 fois le prix du burger. Ce sera pareil sur internet.

Et la publicité digitale dans tout ça ?

Le titre de l’article parle de publicité, mais pour l’instant pas un mot, on y arrive. En fait le concept est le même, les deux plus grosses régies publicitaires sont celles de Google et de Facebook. Donc il vont vouloir appliquer les mêmes méthodes aux mêmes sujets. A savoir, ce qui ne vient pas de leur plateforme, ne va pas s’afficher en priorité sur les sites internets tierces.

Les réseaux favoriseront les produits des GAFAM.

Alors on peut se demander à qu’elle échelle cela va se produire ? Là encore difficile de s’avancer. Mais qu’est-ce qui sera concerné ? La publicité visuelle ? Le Cashback ? Les bons de réduction ?
On peut craindre que ce soit un peu tout, car ils ne vont pas avoir la main que sur les éditeurs de contenu mais plus largement sur les annonceurs en imposant des formats. Formats qui seront surement propriétaires, appartenant aux GAFAM. C’est un cercle sans fin.

Ce que l’on peut craindre, c’est qu’ils vont travailler à augmenter leurs marges, augmenter la facturation aux annonceurs, baisser les redevances aux éditeurs. Tout en diminuant le choix des formats et des possibilités.

Aura t’on toujours le choix dans les régie publicitaires ?
On peut espérer que la réglementation Européenne nous offre pour l’instant plus de liberté et de garanties.

Pour conclure

Nous sommes inquiets face à cette nouvelle donne. Non satisfaits de nous imposer beaucoup de choses sur la base de leurs algorithmes, les GAFAM imposent non pas leur loi, mais s’imposent pour faire la loi.

Le perdant comme toujours est l’internaute, mais avec une pointe d’optimisme, dites-vous qu’en bridant les choses les américains vont petit à petit se faire dépasser par les entrepreneurs du monde libre.

 

Pour aller plus loin, voici l’historique complet de l’ARCEP retraçant les avancées sur la neutralité du Web.

Neutralité du web

Neutralité du web

Romuald

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *