Le Self-scanning : Concept innovant de paiement digital

Le principe du Self-scanning :

Un client entre dans un magasin, il présente sa carte d’adhésion ou de fidélité à l’accueil et recevra en échange un boitier de lecture de codes-barres. C’est une sorte de télécommande qui lui servira à scanner les codes-barres des articles qu’il achète.

 

A la fin des courses, le client se dirige vers une caisse dédiée au self-scanning. Ensuite, pas besoin de vider le caddie sur le tapis: il remet le boîtier à l’employé qui, en quelques secondes, enregistre la liste des achats et affiche la note à payer.

 

Ce concept a vu le jour au début des années 2000 aux États-Unis. Dans le but de réduire les temps d’attente en caisse, ainsi que de limiter progressivement le nombre de leurs employés et de diminuer le volume des charges salariales, les enseignes ont recours au self-scanning.

 

Les enseignes françaises ont commencé à adopter cette pratique depuis quelques années :

  1. Scan’ Achat chez Leclerc
  2. Scan’ Express chez Géant
  3. Rapid’ Auchan
  4. Scan’ Lib chez Carrefour

 

Ce système est progressivement en train d’être expérimenté dans toute la grande distribution. On le retrouve même dans les magasins des enseignes Intermarché, Monoprix et Super U.

 

Il faut également signaler le concept de self-checking qui permet au client de dérouler lui-même sur le tapis de caisse et scanner ses produits avant de régler l’addition sur un automate.

Pour éviter le vol dans les magasins, les enseignes ont recours à des contrôles aléatoires.

 

D’après les informations du Journal du dimanche, une caisse automatique coûte « l’équivalent du salaire annuel brut d’une caissière ». Soit 18.000€, permettant un retour sur investissement entre « un an ou deux ».

Aujourd’hui, environ 30 000 terminaux de self-scanning équiperaient les distributeurs français, aussi bien des hypers que de des petites supérettes. Selon Datalogic, 10% à 15% des clients de magasins équipés l’utiliseraient.

N’oublions pas les expérimentations de digitalisation pour porter ces scanners sur Smartphones. Que ce soit par le système NFC (Intermarché) ou un flash code (Monoprix, Auchan). Cf article

Pour conclure, là encore l’expérience utilisateur est au cœur du système et les usages progressent.

Self-Scanning

Self-Scanning

M.Souare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *